FranceMartinique

L’Assemblée Nationale vote l’interdiction de la fessée

L’Assemblée nationale a voté, ce jeudi soir l’interdiction « des violences éducatives ordinaires » qui comprend la fessée et les gifles. Un texte surtout symbolique qui ne sanctionnera pas pénalement les parents.

La fessée va-t-elle disparaître ? C’est en tout cas le chemin qui a été pris. En effet, la nuit dernière, l’Assemblée nationale a voté l’interdiction « des violences éducatives ordinaires » qui comprend la fessée et les gifles sur laquelle les opposants se sont faits discrets.

Selon la Fondation pour l’Enfance, 85% des parents français ont recours à des violences dites éducatives. La proposition MoDem réclame au gouvernement un « état des lieux » sur le sujet avant septembre 2019.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a apporté un franc soutien au texte, arguant notamment qu’« on n’éduque pas par la peur » et que cette violence « prétendument éducative » a des « conséquences désastreuses sur le développement de l’enfant ». Un texte symbolique qui ne sanctionnera pas pénalement les parents, car existants déjà.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité