Covid-19FranceVaccination

« J’ai très envie d’emmerder les non-vaccinés, on va continuer de le faire » indique Emmanuel Macron

Emmanuel Macron président de la République françaiseEmmanuel Macron président de la République française.

Emmanuel Macron, président de la République ne mâche pas ses mots pour s’en prendre aux non-vaccinés dans une interview publiée, ce mardi soir (4 janvier 2021) dans Le Parisien. Dans cette interview, le chef de l’Etat hausse le ton et charge les personnes qui ne sont toujours pas vaccinées contre la covid-19, dont certaines par choix délibéré.

« Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder », lâche Emmanuel Macron. « Donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout, c’est ça la stratégie », martèle le chef de l’État.

Dans ce but, le président assure ne pas vouloir mettre les concernés « en prison », mais souhaite les priver de certaines activités sur le long terme. « Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire: à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné », développe-t-il.

Il critique également largement les antivax pour leur rôle dans les tensions qui existent sur le sujet.

« Le fait même que l’on pose la question du refus de soin pour des gens non vaccinés est un drôle de virus. Et ça, c’est l’immense faute morale des antivax: ils viennent saper ce qu’est la solidité d’une nation. Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen », poursuit-t-il.

Il refuse cependant d’envisager d’empêcher les non-vaccinés d’avoir accès aux mêmes soins que les autres, notamment pour en ce qui concerne les services de réanimation.

« Vous ne pouvez pas placer des soignants face à cela. Parce qu’un soignant, il regarde quelqu’un qui est malade et il ne regarde pas d’où il vient, ce qu’il est », souligne Emmanuel Macron.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.