À la uneGuadeloupeMartinique

« Stop à l’empoisonnement des habitants de Martinique et de Guadeloupe ». La pétition contre la Chlordécone

Une pétition contre la Chlordécone a été lancée sur internet avec comme titre « Stop à l’empoisonnement des habitants de Martinique et de Guadeloupe ». Il a déjà recueilli plus de 15 300 signatures.

Voilà une pétition qui fait actuellement parler d’elle. « Stop à l’empoisonnement des habitants de Martinique et de Guadeloupe » au sujet de la Chlordécone. Cette pétition recueille à l’heure où nous écrivons cet article plus de 15 300 signatures et n’en restera sans doute pas à ce chiffre.

Objet de la pétition :

« La Martinique, tout comme la Guadeloupe, connaît une pollution unique au monde de ses terres agricoles, de ses eaux de rivières et de son littoral. La responsable: la molécule de chlordécone utilisée comme insecticide dans les bananeraies, maintenant interdite.

La Martinique, tout comme la Guadeloupe, connaît une pollution unique au monde de ses terres agricoles, de ses eaux de rivières et de son littoral. La responsable: la molécule de chlordécone utilisée comme insecticide dans les bananeraies, maintenant interdite.

Les conséquences sanitaires sont alarmantes. Contamination de la viande, des poissons et de nombreux légumes par cette molécule. Ces aliments contaminés sont pourtant ensuite autorisés à la vente.

Les impacts sur la santé des habitants sont sans appel:

  • Cancers
  • Retards cognitifs
  • Accouchements précoces
  • Maladie de Parkinson

Les pouvoirs publics nous protègent? Pas du tout. Pire encore, depuis 2013, la réglementation européenne autorise de vendre de la viande de boeuf, de porc, d’ovins et de caprins avec 5 fois plus de chlordécone que la limite précédente. La viande de volaille et de canard est elle autorisée à la consommation avec 10 fois plus de chlordécone.

Décembre 2017, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) publie ses résultats de l’étude « Kannari » portant sur l’exposition des consommateurs des Antilles au chlordécone.              

Sa conclusion est effrayante: elle déconseille de manger local mais en aucun cas ne remet en cause la décision de 2013!

Quel est l’objectif? L’empoisonnement de toute une population?

Nous, résidents de Martinique et de Guadeloupe, demandons:

  • Le droit fondamental d’un accès à une nourriture produite localement et exempte de poison
  • Un étiquetage des produits indiquant la présence ou non de chlordécone et sa quantité
  • Une politique publique permettant la production agricole locale d’une nourriture non contaminée

Maintenant nous agissons, maintenant nous signons pour faire entendre nos voix! »

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité