gadé saMartinique

ESCLAVAGE: LES NOIRS ONT VENDU LEUR FRERES NOIRS? VRAIMENT? 

* DISCLAIMER
Zot pé faché, zot kay ni dé pèn sé faché épi défaché! 

 

LES PROBLÈMES!!!

22 mai, jour de l’abolition de l’esclavage en Martinique, c’est aussi le jour que j’ai choisi pour LES PROBLEMES en revenant
sur un sujet brulant. Sur un truc que j’entends depuis nanni nannan, et que j’ai encore entendu la semaine dernière. 

 

STORYTIME:
La semaine dernière, je suis chez l’esthéticienne oklm, et comme dab tu connais,  ça parle ça prend des milans, ça débat.
Et là l’une des clientes me sort cette fameuse phrase:
“De toutes façon, le noir n’aime pas le noir, les blancs, les chinois, les juifs arrivent à travailler et à avancer ensemble, le
noir non! Regarde les Africains nous ont vendu…Oui, les Africains ont vendu leur frères noirs!” 

Et honnêtement, cette phrase je ne peux plus me l’entendre… 

 

OUI DES NOIRS ONT VENDU DES NOIRS 

Bon déjà pou yon, le but ici n’est pas de refaire l’histoire de la colonisation ou même l’Histoire de l’esclavage du Neolitique à nos jours … heu jai une vie les gars et j’ai déjà écrit un mémoire, je suis encore traumatisée. Laissez moi tranquille! 

Le but est de m’attarder sur UN POINT SPÉCIFIQUE, à savoir la traite des noirs par des noirs, et notre perception actuelle de cette traite. 

 

“L’Afrique noire est un acteur à part entière de la traite” Tidiane N’Diaye

Bien évidemment, il est vrai que les noirs ont joué un rôle super important dans la traite des noirs. Personne n’a jamais dit le contraire. 

Mon problème principal avec cette assertion “les noirs ont vendu leurs frères noirs” relève plutôt de l’utilisation du mot « frère »,  qui est selon moi,  problématique et ce, à plusieurs niveaux. 

Et je vais tenter d’expliquer, pourquoi je pense (et je ne suis pas la seule) que ce discours est fallacieux voire dangereux. 

 

C’est parti! 

 

1 LES AFRICAINS NE SE CONSIDÉRAIENT PAS COMME FRÈRES

Commençons par le commencement: 

A l’époque de la traite, les africains ne se considéraient pas comme frères.
Utiliser le mot frère, c’est ANACHRONIQUE DE OUF!

Ben ouais, on veut analyser les événements passés avec notre vision panafricaine d’aujourd’hui! Sa pa ni sens! 

PANAFRICANISME : Doctrine qui tend à développer l’unité et la solidarité africaines.

 

On le verra tout à l’heure mais un Nigérian (de l’époque, puisque le Nigéria actuel n’existait pas) ne voyait pas un Béninois (de l’époque) comme son frère sous prétexte que missieu a un taux de mélanine élevé comme lui…. Bien au contraire d’ailleurs! 

Oui aujourd’hui on a une histoire, une culture qui se ressemblent à CERTAINS égards (genre kiffer Burna Boy, les bananes jaunes ou subir le racisme…) 

MAIS an tan jézi kri té gad chanpet Marigo c’était pas ça hein! 

Et puis depuis quand il faut avoir la même couleur et être voisins pour se considérer comme frères même?… Portequoi! (vous regardez pas la télé en ce moment…?) 

 

2 L’ESCLAVAGE ETAIT UNE NORME A L’EPOQUE 

C’est important de le rappeler.
Et non, je vois certains venir: Dire que l’esclavage existait déjà et que c’était la norme, ne veut pas dire que je suis pour l’esclavage ou que je minimise, banalise ce qui s’est passé. 

Ne me chauffez pas en ce dimanche matin là! Restez tranquille Bon! 

 

Mais des fois il faut savoir RE CONTEXTUALISER les faits.
Il faut sortir de sa vision de 2022 et revenir et revenir quelques siècles en arrière, pour essayer de mieux comprendre les logiques de fonctionnement de ces sociétés. 

(J’ai hâte de voir comme nos hypothétiques descendants vont grave juger notre mode de vie dans 200 ans) 

 

Au XVIe siècle, quand débute la traite transatlantique, l’esclavage existe déjà sur la zone “Europe Afrique Asie”…
C’est un vrai système économique qui tourne autour de ce truc là:
Et quand tu regardes l’histoire, tu réalises que tout le monde mettait tout le monde en esclavage (à différentes époques bien sûr) 

 

Les blancs ont mis “leurs frères blancs” en esclavage 

– les Romains et les Grecs
« Chez les anciens, l’esclave appartenait à la même race que son maître, et souvent il lui était supérieur en éducation et en lumières » Alexis de Tocqueville

esclaves romains – musée du Bardo

– Au Moyen-Age les républiques de Venise Gênes ou encore Marseille faisaient leur beurre sur le commerce des Slaves non chrétiens: Slovènes, Croates, Polonais, Bulgares, Ukrainiens, Russes…
C’est d’ailleurs de ce mot Slave que vient le mot ESCLAVE… #justsayin
Mais aussi sur les  Espagnols, Catalans, Italiens, Croates, Corses…  

En gros on les capture (razzias) et on les vend aux Musulmans d’Espagne par exemple…

– Les Arabes le faisaient depuis 622!
(En vrai ils l’ont fait pendant 1200 ans en arrêtant théoriquement au XXe siècle, mais bon on voit bien ce qui se passe en Libye avec les migrants africains vendus 300€ hein…)
Une vidéo BFMTV juste ICI  

Bref je disais:
Alors avec eux c’est simple: dépi ou pa musulman ou pri! 

Afrique subsaharienne, Afrique du Nord-Ouest, Europe méditerranéenne, pays slaves, Caucase, sous-continent indien: il étaient capturés et importés un peu partout du Moyen-Orient à l’Océan Indien. 

(Tu noteras que dans les aires géographiques citées, aujourd’hui beaucoup des habitants sont musulmans… Bon)

Un vrai manger cochon, qui enrichissait certains, asservissait d’autres, et qui résultait d’alliances, de guerres etc… 

Joseph Kessel fait paraître dans Le Matin en mai-juin 1930 sur la survivance de l’esclavage entre la corne de l’Afrique et l’Arabie

Encore une fois, on le voit bien là, la couleur ne détermine absolument pas la mise ou non en esclavage d’un peuple. Il est question de religion de pouvoir de domination c’est Game of Thrones, le truc! 

 

3 C’EST OUBLIER LA COMPLEXITÉ DES SOCIÉTÉS AFRICAINES 

Comme l’explique Mme Elisabeth LANDI, Historienne: 

“Voir les africains comme des traîtres, qui ont vendu leurs frères, c’est avoir une vision simpliste et misérabiliste de ce qu’était l’Afrique à l’époque.” 

“C’est mettre tous les africains au même niveau en occultant les hiérarchies traditionnelles, culturelles, économiques, sociales… qui pouvaient exister. C’est comme si on aplatissait tous les reliefs de ces sociétés.” 

Marchands d’esclaves de Gorée-Jacques Grasset de Saint-Sauveur

Ben ouais les gars, “l’homme Africain est rentré dans l’Histoire »,
l’homme Africain a une histoire, faite d’apogées, de déclins, et non ce n’était pas des pecnos qui ont vendu leur âme pour
un plat de lentilles en fait. 

Encore une fois, on sort de notre regard de 2022 et on remonte le temps: 

 

Aux XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles l’esclavage, c’est l’une des normes, et c’est surtout un business: donc les états esclavagistes faisaient DU BUSINESS ! Et les Européens à l’époque ne les prenaient pas pour des djindjins hein! 

©DR

Ces états, comme le Dahomey, ont bâti leur fortune sur la traite, comme aujourd’hui certains bâtissent leur fortune, sur je sais pas, la vente de pétrole! (c’est horrible à écrire même pour moi, mais c’est un fait) 

Le roi Tegbessou du Dahomey, par exemple, vendait plus de 9000 esclaves chaque année et missieu était 5 fois plus riche qu’un grand propriétaire terrien anglais! Imagine! 

Cela donnait lieu à une vraie logique, économique, géopolitique faite d’alliances et de concurrences: 

 

DANS CET EPISODE DE GAME OF THRONES AFRIQUE S09E13

Carte du Dahomey et de ses environs, par R. Norris (1793)

– Le royaume du Dahomey (Benin) était tributaire de l’empire d’Oyo (Nigéria). 

– Oyo faisait souvent pression sur Dahomey pour qu’il molisse sur le commerce d’esclaves (pour pas qu’il se fasse plus d’argent que lui … t’as compris) 

Empire Oyo

– Mais au Dahomey, il y a eu un coup d’Etat: le roi Adandozan a été dégagé par son propre frère Ghézo (aidé par un marchand d’esclaves brésilien Francisco Félix de Sousa).
Ghézo trouvait que son frère ne vendait pas assez d’esclaves, ça l’a saoulé! 

– Mais ce n’est pas fini, Ghézo a battu l’empire d’Oyo en 1823: résultat ils bossent plus pour Oyo, ils peuvent vendre plus d’esclaves oklm, font plus de fric. 

Bref c’est l’apogée du Dahomey. 

 

Et puis surtout, les classes dirigeantes, les chefs, les princes ne vendaient pas leurs esclaves (propres esclaves, prisonniers de guerre, butins de razzia) aux Européens pour des PACOTILLES comme on aime le dire! 

Faut arrêter avec ça hein, dire que les noirs ont vendu leurs frères pour des pacotilles, t’as l’impression que les gars c’est des couillons qui ont sacrifié leur peuple pour deux colliers en krizokal/zirconium! 

N’importe quoi! 

 

“Les tractations étaient très codifiées, les intermédiaires africains savaient jouer des rivalités entre les pays européens.” Elisabeth Landi

Ils savaient par exemple qui possédait les fusils de meilleure qualité, connaissaient les gue-guerres entre Français et Anglais, et utilisaient ces informations pour faire monter les enchères. 

Ils n’étaient absolument pas manipulés par les Européens. Donc non, l’idée qu’ils ont:
1 vendu leurs frères
2 pour des cochonneries EN PLUS
est fausse! 

POURQUOI CE DISCOURS EST DANGEREUX? 

Je me suis toujours demandée: Il cache quoi ce discours, qu’est ce que cela connote?
Spoiler: rien de bon pour nous. 

Ce qui me dérange dans ce discours, c’est qu’il y a une forme de mépris pour les gens qui partagent nos gènes,
an maniè pou di

– ce peuple est maudit
– de toutes façons ont est incapables de s’unir
– contrairement aux autres
– nous on n’est nuls, on a rien compris à la vie, regarde on s’est vendus nous même comme des tèbès, on a aidé les autres à faire de l’argent sur notre tête! 

Bon pour rappel:

LES NOIRS N’ONT PAS LE MONOPOLE DE LA « TRAÎTRISE DE RACE” 

 Les noirs ont vendu leurs frères noirs …
Mais on vient de voir que les autres AUSSI et personne n’en parle pas.
Les européens ont passé des siècles à se faire la guerre, pa té ni zafè coulè la po! 

– Les Français et les anglais ont 35 guerres au compteur en 650 ans… Ca dérange personne. 

– En Europe encore des cousins ont été belligérants de la première guerre mondiale!
Des cousins: le Kaiser Guillaume II, le roi d’Angleterre George V, et le Tsar de Russie Nicolas II étaient COUSINS leur mamie c’était la reine Victoria! 

Je rajoute à ça que les Francs fondateurs du Royaume de France sont des peuples d’origines GERMANIQUES donc on est dans un délire FRATRICIDE! 

Mais je ne vous entends pas: je croyais que les blancs s’entraidaient de ouf et collaboraient de ouf?! 

– Aujourd’hui encore: la Russie fait la guerre à l’Ukraine alors que ces gens là passent leur vie à se mélanger, les deux Corées sont en guerre depuis 1953.  

– Et que dire des asiatiques, les champions de l’entraide?  (ce qui en soit est plutôt vrai hein je ne nie pas)
Que dire, quand un milliardaire capitaliste fait bosser ses compatriotes (parfois même des enfants) dans des conditions qui frolent l’esclavage moderne? 

C’est exploiter ses frères ou pas? 

– Et quand un gouvernement laisse son PROPRE PEUPLE crever de faim, ou souffrir en fermant les yeux (il y a tellement d’exemples dans le monde flemme d’énumérer)

Comment je dois analyser ça? Parce que là aussi ils sont frères?  

Man pa ka tan zot!  

Je dis pas que comme les autres font des trucs pas cools, ça nous dédouane nous! Je dis qu’il faut arrêter de s’autoflageller en pensant que nous sommes “la pire race du monde”. 

Parce qu’on voit bien que ce n’est pas la mélanine qui établit les rapports entre les humains, mais plutôt des questions de rapports de force, de hiérarchie, de gagnants et de perdants du système. 

 

AU FINAL 

L’analyse de cette histoire par le prisme de la couleur de peau, n’est selon moi, pas la bonne. 

Les Africains, enfin certains bien évidemment ont leur part de responsabilité dans cette histoire, et même si c’est un sujet encore tabou, car honteux, on va lentement mais surement sur une reconnaissance de ces atrocités: le 27 avril 2015, pour la première fois un pays africain, le Sénégal, rendait hommage aux victimes de la traite négrière.

Le but n’est pas de nier le rôle de ces gens, ou de leur chercher des excuses, mais plutôt:
1 de chercher à comprendre, à contextualiser: quel était l’état du monde à cette époque ? comment les échanges fonctionnaient etc
2 d’arrêter de nous dénigrer, notre histoire a ses parts sombres mais on est pas les seuls dans ce cas. 

C’est important encore une fois, pour que NOUS descendants de ces gens là (blancs, noirs, nous sommes un peuple de mélange) nous arrivions à dépasser ce fatalisme qui voudrait qu’on soit pourris et qu’on fasse parfois aussi, preuve de bienveillance entre nous. 

On peut dépasser tout ça (ça prendra du temps), et oui nous sommes capables de faire de belles choses ensemble,
nou sa fe’y! 

 

Alors le sujet, est vaste, complexe, déchaîne les passions et je ne suis certainement pas la spécialiste du sujet (j’ai envie de dire votre forfait internet vous le payer c’est pour quoi han?) 

Mais je reste persuadée qu’on peut surmonter tout ça, nous sommes résilients, on le sait. 

En attendant célébrons nos ancêtres, et bon 22 mai! 

François-Auguste Biard (1799–1882), L’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises. Huile sur toile. 1849. Château de Versailles.

 

ZayActu.org
L'auteurCharlina
La Martinique, ma Martinique, retrouvez moi sur mon blog => https://charlinah.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.