•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Assemblée nationale a voté, ce jeudi soir l’interdiction « des violences éducatives ordinaires » qui comprend la fessée et les gifles. Un texte surtout symbolique qui ne sanctionnera pas pénalement les parents.

La fessée va-t-elle disparaître ? C’est en tout cas le chemin qui a été pris. En effet, la nuit dernière, l’Assemblée nationale a voté l’interdiction « des violences éducatives ordinaires » qui comprend la fessée et les gifles sur laquelle les opposants se sont faits discrets.

Selon la Fondation pour l’Enfance, 85% des parents français ont recours à des violences dites éducatives. La proposition MoDem réclame au gouvernement un « état des lieux » sur le sujet avant septembre 2019.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a apporté un franc soutien au texte, arguant notamment qu’« on n’éduque pas par la peur » et que cette violence « prétendument éducative » a des « conséquences désastreuses sur le développement de l’enfant ». Un texte symbolique qui ne sanctionnera pas pénalement les parents, car existants déjà.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention à l’arnaque par mail de la carte vitale. L’Assurance maladie met en garde

Article précédent

Quelle météo pour le week-end en Martinique ? Le beau temps sera au rendez-vous

Article suivant

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

Plus dans France

Tu pourrais aussi aimer