ActualitésMonde

Un bébé qui tousse et une famille débarquée d’un avion de ligne

Une famille a été débarquée d'un avion qui reliait Québec à Paris, car leur bébé de 21 mois toussait. Ce sont les passagers craignant le coronavirus qui se sont plaints.

Le coronavirus continue de se propager à travers le monde ce qui inquiète beaucoup d’entre nous. Psychose ou réalité ? Dimanche dernier (23 février 2020), une famille avec un bébé de 21 mois embarque dans un avion de ligne de la compagnie aérienne Air Transat au départ du Québec, direction Paris. Encore sur le tarmac, des passagers se plaignent de la toux du bébé de 21 mois. En effet, l’enfant était grippé et fiévreuse en plus de sa toux. Les passagers qui redoutaient le coronavirus se sont plaints auprès du personnel de bord. Malheureusement, la famille a été débarquée de l’appareil.

La compagnie affirme que cette expulsion n’a rien à voir avec une paranoïa liée au Coronavirus et qu’elle a simplement appliqué un principe de précaution. La responsable du vol, qui s’est entretenue avec la maman, lui a demandé si elle pouvait fournir un document médical attestant que son bébé n’était pas contagieux. Bien que les parents avaient consulté un médecin le matin même, et que ce dernier avait été favorable à ce voyage, ils n’avaient pas de preuve écrite à donner au personnel.

La famille porte plainte contre la compagnie aérienne

Le médecin à bord de l’avion a pourtant ausculté la petite fille. Il a assuré qu’elle pouvait voyager. Le commandant de bord a quand même pris la décision de ne pas décoller avec l’enfant à bord, car avec une température de 39,6°C, elle représentait un risque potentiel important pour les passagers et l’équipage de bord. Selon CNews, la famille, escortée par un douanier hors de l’avion, n’a eu «aucune possibilité de parler à une personne du service client d’Air Transat». «On a été expulsés d’un avion contre l’avis médical de deux médecins, dont un en personne. Je ne trouve pas ça normal du tout», a déclaré Clémentine Ferraton, la mère, à La Nouvelle Tribune. Le père a quant à lui trouvé cette mesure «un peu excessive» et a eu l’impression que la directrice de bord «faisait un amalgame».

Les parents de la petite fille ont décidé de porter plainte contre la compagnie, afin d’être dédommagés pour l’annulation de leurs vacances familiales. Selon La Dépêche, Air Transat s’est engagée à rembourser les billets d’avions, d’une valeur de plus de 3.000 $ (2726,16 €).

La peur est plus contagieuse que le virus.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité