Avion
Photo d'illustration.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est une évasan dont de nombreux acteurs surveilleront le dénouement avec l’espoir qu’il soit le meilleur possible. Un enfant de 7 ans, dont l’état de santé menaçait de s’aggraver à tout moment sans que rien ne puisse être fait, a été transféré ce mercredi 6 octobre 2021 en Martinique alors que, moins de vingt-quatre heures avant, aucun avion n’était disponible pour le faire. Ce grâce à la forte mobilisation des équipes soignantes et du personnel d’Air France qui a rendu cette évasan possible.

Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, « les préfectures de Martinique et de Guadeloupe limitent à deux par semaine les vols de la Guyane vers les Antilles », rappelle Cyrille Marie, directeur d’Air France en Guyane. Ils ont lieu les lundi et les vendredi. Pour les équipes des urgences-Samu de l’hôpital de Cayenne, « cela pose des difficultés car cela nous prive de soignants pendant quatre ou cinq jours. Ce sont des soignants que l’on enlève des lignes de garde. Or il faut que l’on fasse attention à ne pas trop désarmer les urgences, le Samu et le Smur », souligne le Dr Pierre Sallerin, au centre hospitalier de Cayenne.

Mardi soir, il est demandé au Samu d’évasaner un enfant de 7 ans. « Son état menaçait de s’aggraver de façon très brutale, sans qu’aucun traitement ne puisse l’empêcher », résume le praticien. L’option d’un transfert vers Paris est rapidement écartée : son état de santé n’était pas compatible avec la pression dans la cabine d’un vol long-courrier et la durée du transfert – de quatorze à dix-huit heures entre son lit à l’hôpital de Cayenne et son lit dans son service d’accueil à Paris.

Un transfert réussi vers la Martinique

Seule option, celle d’un transfert au CHUM recèle quelques difficultés techniques. Chaque mercredi, Air France opère un vol entre les Antilles et la Guyane. Entre Fort-de-France et Félix-Eboué, il accueille des passagers, la préfecture de Guyane le permettant. Au retour, en revanche, il ne transporte que du fret. « Il a fallu réactiver ce vol cargo en vol commercial, une procédure assez rare, compliquée techniquement et sans laquelle nous ne pouvons prendre aucun passager à bord. Ne serait-ce que pour des raisons d’assurance, explique le directeur d’Air France.

Habituellement, il nous faut vingt-quatre heures pour réactiver un vol » Sollicitées mardi soir, les équipes d’Air France Guyane, ont mobilisé leurs collègues des Antilles et Paris pour être en capacité d’emporter le jeune garçon à bord du vol partant mercredi à 12h35. « Ils se sont vraiment battus pour que l’on puisse emmener cet enfant », apprécie le Dr Sallerin.

Mercredi à midi, l’avion a donc décollé avec à son bord une civière, l’enfant de 7 ans, ses deux parents qui ont pu l’accompagner, un médecin et une infirmière du centre hospitalier de Cayenne. « Ces évasan, c’est une chaîne de solidarité. Ce sont des vols particuliers où chaque acteur du traitement s’investit sans filtre, constate Cyrille Marie. Le Commandant de bord ce jour-là par exemple a proposé de voler plus bas pour limiter la pression à bord si nécessaire.

En Guyane, il y a une équipe entièrement dédiée pour préparer et traiter ce type de vols pour toute la Caraïbe ». Huit heures après avoir quitté son lit au CHC, il était pris en charge au CHUM. « Il est stable, annonçait hier en fin d’après-midi le Dr Sallerin. Il est en milieu neurochirurgical. Si son état devait s’aggraver, un neurochirurgien pourra intervenir et il sera très rapidement au bloc opératoire. » En espérant que tout cela se termine pour le mieux.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des soignants victimes d’insultes, d’intimidations et d’agressions, l’ARS et la préfecture disent stop

Article précédent

Reconstruction d’un mur de soutènement au François à Saint Rock avec vitesse limitée à 50 km/h

Article suivant

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus dans Guyane

Tu pourrais aussi aimer