•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oumar, un adolescent de 15 ans a succombé aux coups portés par son beau-père dans l’appartement familial de Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne. Il lui reprochait son absentéisme à l’école. Il a été placé en garde à vue en attendant les résultats de l’autopsie.

Oumar, un adolescent de 15 ans succombait, ce vendredi soir (27 janvier 2017) suite aux coups portés par son beau-père.

L’homme, lui âgé de 36 ans a donné une sévère correction à coups de ceinture qui a été fatale à l’adolescent, parce qu’il n’allait plus à l’école, d’après les premiers éléments de l’enquête ouverte pour homicide volontaire.

La scène se déroule, dans l’appartement familial de Vitry-sur-seine dans le Val-de-Marne), vers 21 heures une dispute éclate entre eux. Il lui reprochait son absentéisme à l’école.

Intolérable pour le compagnon de sa mère, qui le cingle soudain du cuir de sa ceinture. L’adolescent aurait alors regagné sa chambre conscient. Une heure plus tard, il est retrouvé inanimé dans cette même pièce, en arrêt cardio-respiratoire.

Alertés, les secours tentent de le réanimer lorsque la police est dépêchée, vers 22 h 15, au 8 e étage de l’immeuble HLM. Au fond de la pièce, l’auteur des coups. Et son ceinturon. Le décès d’Oumar est finalement prononcé peu après 23 heures.

Présente au moment des faits, la mère de famille, âgée de 38 ans, a été hospitalisée en état de choc, tout comme les petites sœurs d’Oumar mais aussi ses demi-frères. Des jumeaux nés, il y a un an à peine, de cette nouvelle union.

Il a été interpellé sur place et placé en garde à vue. Une garde à vue prolongée par le parquet de Créteil, toujours dans l’attente des résultats de l’autopsie pratiquée sur le corps d’Omar.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un appel à témoins suite à la découverte d’un corps sur la chaussée à proximité du rond point de Cluny

Article précédent

Un individu placé derrière les barreaux grâce à l’intervention citoyenne d’une personne

Article suivant

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

Plus dans À la une

Tu pourrais aussi aimer